de toutes lesnuits

De toutes les nuits, les amants de Mieko Kawakami

Etrange ce roman ...

Correctrice indépendante dans l'édition, solitaire, Fuyuko n'a aucune vie sociale, aucune passion . Elle n'a aucun passe-temps, aucun centre d'intérêt excepté peut-être  la lumière qu'elle s'autorise à observer un soir par an, le jour de son anniversaire...

Petit à petit, elle ouvre un peu sa coquille (ou sa carapace) aux relations avec deux personnes : son éditrice Hijiri (particulièrement moralisatrice) et M. Mitsutsuka, un professeur de physique, rencontré par hasard dans un centre culturel. Cependant, à part l'ivresse provoquée par le saké, que découvre-t-elle de positif ?

Certes, ces personnages sont japonais et pudiques par définition mais il est vraiment difficile d'entrer dans leur peau et de s'y attacher. 

Il faut néanmoins souligner l'écriture poétique et l'universalité des thèmes de la solitude et de la difficulté de trouver sa place dans la société.

Avis en conclusion fort mitigé. J'attends avec impatience un retour de lecteur sur ce livre ...